De notre cerveau, chaque jour, naissent et disparaissent une multitude de pensées. Parmi ces pensées, de belles idées nous viennent souvent. Des idées de projets, des idées de solutions par rapport à un défi, une bonne inspiration pour des articles, des livres, de la poésie, ou de la musique,… Elles sont tellement nombreuses, qu’elles viennent parfois au moment où on s’y attend le moins. Généralement, les meilleures idées arrivent pendant que l’on est sous la douche, en promenade, en famille ou encore avec des amis. Parfois elles peuvent même venir en plein sommeil. Par la suite, au moment où l’on en a besoin, on les sollicite avec un grand effort de réflexion, mais le plus souvent, elles refusent de nous revenir. Qui n’a jamais vécu le syndrome de la feuille blanche ?

Dans cet article, je partage avec vous une solution en quatre (4)  étapes, qui vous aidera à ne plus vous limiter qu’au stade de la pensée, mais plutôt à passer à la concrétisation de vos idées afin de les réaliser.

1. Mettre sur écrit son idée

Il est important de toujours prendre note lorsqu’une idée nous vient à l’esprit. La prise de note permet de ne pas oublier ou de s’en remémorer au besoin.  Ce n’est certes pas évident en tout temps et toutes circonstances par exemple lorsque ça vous  prend sous la douche. Dans ce genre de cas, il faudra juste répéter l’idée et la noter dès que possible. Sinon, pour le reste du temps, ayez toujours sur vous un outil de prise de note ou d’enregistrement. Carnet, bloc note, agenda, stylo, tablette, téléphone, magnétophone, ou tout autre objet pouvant être utile à la prise de note. L’essentiel étant de pouvoir noter pour ne pas oublier.

De prime abord, la première idée peut paraitre vague, floue, désordonnée, paradoxale, farfelue, pas trop claire, mais il faut qu’en même la noter à l’état brut. Evitez surtout de faire ces deux erreurs : « J’attends de la murir avant de la noter » ou « pas besoin de noté, elle (l’idée) me reviendra ». Elle ne revient pas forcément et vous venez de prendre le risque de la perdre à jamais.

2. Laisser sortir sa créativité

Les idées n’attendent pas. La nature est généreuse et tout le monde peut se servir à sa table. Une personne, tout comme mille autres, peuvent avoir la même idée, exactement au même moment. Une personne, à l’autre bout du globe peut avoir une idée pareille ou meilleure que la vôtre. C’est la rapidité dans l’action qui fera la différence. L’exemple le plus illustratif est celui des noms de domaine. Tranquillement dans votre salon, vous choisissez un jolie nom, une belle combinaison que vous tapez sur un moteur de recherche et on vous dit que c’est déjà pris, ainsi que la plupart des combinaisons connexes.

Dans une telle situation, ne vous laissez pas bloquer, retravaillez votre idée de façon à la rendre authentique, pour ne pas prendre le risque de se faire accuser de plagiat gratuitement. Il vous faudra dans ce cas polir l’idée, la parfaire, la rendre originale, et  c’est comme ça qu’elle se démarquera des autres.

3. Mûrir son idée

C’est bien de prendre notes, mais à quoi bon, si c’est pour les laisser ensuite moisir au fond des tiroirs. Il est important de revisiter ses notes, enregistrements ou « pense bête », afin de réfléchir de manière plus posée sur l’idée déjà émise. Faites de la recherche, demandez à d’autres personnes qui s’y connaissent et qui pourraient potentiellement vous aider. Faites du « brainstorming » si vous travailler en équipe. Parlez-en à votre « Mastermind » si vous en avez. Une mastermind étant « la coordination des connaissances et de l’effort de deux ou plusieurs personnes, qui travaillent vers des buts définis, dans un esprit d’harmonie » selon Napoleon Hill.

Une fois que l’idée est bien claire dans votre esprit, vous pouvez passer à la quatrième étape.

4. Se lancer

Vous avez de belles idées bien claires, il ne reste plus qu’à  se lancer pour les concrétiser. Mais le manque d’audace et de courage vous bloque et vous vous engagez dans une procrastination sans fin. Le Dr Myles Monroe en conclu que :

« les cimetières sont les endroits les plus riches » car dit-il « dans les cimetières sont enterrés des livres qui n’ont jamais été lus, des musiques jamais écoutées, des peintures jamais vues, des entreprises jamais créées, des inventions jamais utilisées ».

Voulez-vous vraiment priver au monde votre lumière ? Votre idée n’est peut-être pas la plus parfaite, mais lancez-la, et améliorez-la au fur et à mesure. Jetez-vous à l’eau car nul n’apprend à nager au sec sur la rive. Oubliez tous les « si » qui vous empêche de le faire et faites le une fois pour toute, vous ne le regretterez pas.

Vos idées peuvent édifier ou inspirer quelqu’un autour de vous. Elles peuvent apporter joie et réconfort à ne serait-ce qu’une personne. Elles peuvent apporter la paix ou être solution au besoin d’une personne. Alors, allez-y à fond, car dans la tombe elles ne vous serviront plus à grande chose. Et je suis convaincu que le regret d’avoir mal fait est moins douloureux que celui de n’avoir même pas essayer.